• Accueil

La personne de confiance

Fiche rédigée en janvier 2015

Toute personne hospitalisée ou rentrant dans un structure de santé a la possibilité de désigner une personne de confiance, disposition instaurée par la loi du 4 mars 2002. Cette personne, nécessairement majeure, est librement choisie par le malade : elle peut être un parent, un proche ou son médecin traitant. La mission de cette personne est définie par le malade. Elle peut, selon son souhait : - l’aider dans les démarches à accomplir- l’assister aux entretiens médicaux pour l’aider dans les meilleurs choix thérapeutiques à adopter. Dans l’hypothèse où le malade ne serait plus en mesure de recevoir les informations médicales, ni consentir à des actes, cette personne deviendrait alors l’interlocuteur privilégié et serait la personne consultée par le médecin pour adapter au mieux son traitement. Le malade a la possibilité de révoquer la personne désignée à tout moment et, le cas échéant, d’en désigner une nouvelle.


« La fin de vie et la mort engagent le sens d’une existence ; elles ne sont pas qu’un problème technique à maîtriser ; il est vital de pouvoir s’en entretenir en confiance. »(Mgr d’Ornellas http://findevie.catholique.fr/ )

Le consentement éclairé

Fiche rédigée en juin 2014

De quoi parle-t-on ?

La loi du 4 mars 2002 demande que le consentement du patient soit respecté. Cela impose en conséquence qu’aucun acte médical ne peut être pratiqué sans le consentement du patient et que le médecin doit respecter la volonté de la personne. Pour préserver l’autonomie du patient et le responsabiliser dans sa prise de décision, son consentement aux soins proposés est « libre, éclairé et révocable à tout moment. »
Ainsi le consentement  éclairé est la manière d’appliquer dans la pratique le respect de l’autonomie des individus.  Dans cet esprit,  cela suppose que la relation médecin- patient soit une relation horizontale  où l’un et l’autre échangent et communiquent.  Nous ne sommes plus dans la relation paternaliste qui a prévalu jusque-là  dans la relation soignant- soigné.

Lire la suite

Mourir avec dignité

Fiche rédigée en janvier 2014

Question d’actualité controversée qui mérite de bien savoir de quoi l’on parle.
La mort est un processus normal qui entraîne avec elle un lot de souffrances physiques, psychologiques et spirituelles qui touchent aussi bien les personnes malades que leur entourage. Tous recherchent des moyens pour vivre ce passage dans le respect de la personne et sa dignité.
Les soins palliatifs se sont heureusement développés depuis quelques années. Fondamentalement, il s’agit  d’accorder une attention toute particulière à la personne souffrante, de la respecter et la reconnaître dans son humanité, de lui assurer le confort physique indispensable et de lui offrir un soutien ainsi qu’à son entourage. Ils veulent donner un moyen pour traverser le chemin de la fin de vie sans retenir la personne malade ni accélérer son départ.

Lire la suite