Troisième dimanche du carême : Jésus et la samaritaine

ECOUTER

Pendant ce carême de dimanche en dimanche, nous pouvons cheminer avec la Parole de Dieu. Aujourd’hui, dans ce temps particulier, nous ne pouvons plus aller à la messe le dimanche.
Nous vous proposons de de lire en famille les lectures des dimanches.

Evangile du troisième dimanche du carême : Jésus et la samaritaine

DIMANCHE DE CAREME 3

Quelle chaleur ! Il est midi. Le sable de la route brûle les pieds. Jésus est fatigué. Il s’assoit au bord d’un puits pendant que ses amis vont chercher de la nourriture au village le plus proche.
Une femme arrive pour puiser de l’eau. Jésus lui dit : « J’ai soif ! Donne-moi à boire…
Merci pour cette eau. Si tu le désires, moi, je te donnerai l’eau qui fait vivre et tu n’auras plus jamais soif. »

D’après l’Evangile de Jean 4, 3-30 La Bible illustrée des petits, Mame, p133

 

 Vous pouvez partager avec vos petits

• Quels sont les personnages ?
• Que se passe-t-il ?
• Quels sont les gestes, les paroles ?


Pour clore ce temps de partage, vous pouvez prier avec eux en les invitant à répéter après vous.

Dieu, Toi qui es la vie, merci pour cette eau vive.
Merci pour cette eau.
Aide-moi à accueillir ce don précieux.
C’est un don précieux.
Dieu, tu me donne l’eau qui fait vivre.
L’eau qui fait vivre.
Jésus, montre-moi le chemin de la vie avec Dieu.
La vie avec Dieu.
Toi qui es vivant pour toujours.
Toi qui es vivant pour toujours.
 

 

Pour vous parents : une méditation sur l’Evangile de la samaritaine

La rencontre de Jésus avec la Samaritaine.

Jésus, homme fatigué par la route, s’arrête au puits de Jacob pour se reposer. Il est midi, l’heure de la pleine lumière, heure de la pleine chaleur. Arrive alors une femme, une Samaritaine. Elle vient au puits chercher de l’eau, élément précieux pour se désaltérer, cuisiner, arroser, laver... Pourquoi vient-elle seule à cette heure chaude de la journée ? Les villageois viennent habituellement en groupe faire provision d’eau et abreuver le bétail le soir avant la tombée de la nuit. A-t-elle peur de rencontrer les autres ? Envie de se cacher ? Mais un homme, un juif, est là. Il a soif ; lui aussi est venu chercher de l’eau au puits. Il lui demande de l’eau. Il ne craint pas de bouleverser l’ordre habituel des choses. En effet, juifs et samaritains ne se fréquentent pas, et un homme ne s’adresse pas à une femme seule.
Étonnement de la femme. Étonnement du lecteur.
La réponse de Jésus est surprenante, elle ouvre à une autre soif : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive » (Jean 4, 10).
La Samaritaine ne comprend pas. Elle s’interroge : qui est cet homme ? Quelle est cette eau vive ? Celle du puits ? Jésus possède une eau vive, celle qui deviendra « une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jean 4, 14). Les soifs se déplacent. Jésus parle de don de Dieu. Il a soif de le partager. Chez la femme, une autre soif émerge, une soif intérieure. Dans le dialogue avec Jésus, petit à petit, elle découvre sa propre identité et celle de celui qui lui parle, lui, le Messie annoncé.

Trésor de Dieu en famille - Chevalet N°2 p 92