Deuxième dimanche de Pâques

DEUXIEME DIMANCHE PAQUES 01Le Christ est ressuscité ! Alléluia ! Alléluia !
Il est vraiment ressuscité !
Alléluia ! Alléluia !

Oui, le Christ est ressuscité, nous sommes appelés à célébrer, dans nos maisons particulières, cette joie de Pâques en union avec toute l’Eglise et avec le monde entier, nous pouvons continuer à cheminer avec la Parole de Dieu.

Le temps pascal dure cinquante jours et s’étend du jour de Pâques à la Pentecôte. « Ces jours sont célébrés dans la joie et l’exultation comme si c’était un jour de fête unique, ou mieux « un grand dimanche » », dit le Missel romain. Les dimanches de ce temps sont d’ailleurs tous désignés comme étant des dimanches de Pâques, jusqu’au dimanche de Pentecôte. « L’Église est tout à la joie de demeurer dans la présence du Ressuscité et dans l’attente de son Esprit Saint »

ECOUTER

Deuxième dimanche de Pâques

DEUXIEME DIMANCHE PAQUES 02

Vous pouvez partager avec vos petits, observer
Que voit-on ?
Les lignes, les formes, les couleurs, les personnages…
Quels sont les gestes, les attitudes ?







PRIER

Introduire la prière en allumant des bougies devant le jardin de Pâques et inviter chaque membre de la famille à faire un beau signe de croix.

Nous pouvons chanter : Alléluia ! Alléluia ! Le Seigneur est ressuscité !

Lecture de l’évangile

DEUXIEME DIMANCHE PAQUES 03Cette nuit-là, les disciples étaient enfermés dans leur maison, ils avaient peur. Jésus vint trouver ses amis. Il était là au milieu d’eux, il leur dit « La paix soit avec vous ». Il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant Jésus.
Thomas n’était pas là. Les disciples lui racontèrent : « Nous avons vu le Seigneur » mais il n’arrive pas à le croire, il veut le voir.

Huit jours plus tard, Jésus revint. Il leur dit : « La paix soit avec vous » puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains »
Alors Thomas lui dit « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »


Nous pouvons chanter :
Alléluia ! Alléluia ! Le Seigneur est ressuscité !


DEUXIEME DIMANCHE PAQUES 04
Vous pouvez partager avec vos petits :

• Quels sont les personnages ? les lieux ?
• Que se passe-t-il ?
• Quels sont les gestes, les paroles ?




Nous pouvons partager chacun une phrase de cet évangile qui nous touche.
Inviter les enfants à dire un mot qu’ils ont retenu.
Peut-être que nous pouvons aussi nous dire ce que cet Evangile nous dit pour aujourd’hui.

Nous pouvons chanter :
Alléluia ! Alléluia ! Le Seigneur est ressuscité !

Mon Seigneur et mon Dieu !
Comme les disciples, parfois, j’ai peur,
Tu es là, bien présent !
Mon Seigneur et mon Dieu !
Comme Thomas, parfois, je doute,
Tu es là, bien présent !
Mon Seigneur et mon Dieu !
Tu nous dis
La paix soit avec vous !

Jésus, tu es vivant,
Alléluia !
Tu es ressuscité,
Alléluia !
Mon cœur est dans la joie,
Alléluia !

Que le Seigneur nous garde dans son amour et qu’il nous bénisse,
le Père, le Fils et le Saint Esprit.
(Tracer le signe de croix sur le front de l’enfant).
AMEN !



Pour vous parents : une méditation de l’évangile de Jean 20, 19-31


Merci, Thomas, d’avoir douté. Car nous doutons aussi. Et nous voulons voir et nous voulons toucher, vérifier la réalité de ce que nous croyons. Quand on a souffert personnellement, plus encore, quand on a souffert pour d’autres, rien ne peut nous guérir sinon de vérifier que la vie a triomphé. Certes, les blessures restent ouvertes, ou du moins visibles, certes, le souvenir demeure brûlant et douloureux. Mais les choses ont changé, les puissances de mort ont été conjurées. Comme Thomas, j’ai besoin de vérifier ma foi, c’est-à-dire non seulement le Ressuscité, mais toutes les victimes sauvées, guéries, réintégrées. Ma foi m’oriente vers un avenir d’espérance où les choses auront été remises à l’endroit, où la puissance de la brutalité n’aura plus le dernier mot, où justice sera faite, où l’amour aura triomphé.
Le Ressuscité, c’est le crucifié. La victoire de la Résurrection n’a pas effacé les blessures de la passion. Ce sont ces mêmes sœurs, frères, humiliés, persécutés, assassinés, qui formeront l’humanité vivante de l’avenir. Il ne s’agit pas de « faire son deuil » en tournant la page comme si rien n’avait eu lieu. C’est sur le point précis des traumatismes que la victoire de Dieu doit être constatée. Thomas a eu la chance de Le voir, de manière anticipée. Nous avons la chance d’y croire, sans L’avoir encore constaté, mais sûrs de Le voir bientôt parce que l’Espérance qui a été répandue en nos cœurs ne peut pas nous décevoir.
Elle est promesse de Dieu et elle prend appui sur la réalité déjà présente de la victoire du Ressuscité, constatée par Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Sœur Marie Monnet - Communauté de Bruxelles
Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)
Dimanche dans la ville. S’arrêter, accueillir la Parole