"Allez vous aussi travailler à ma vigne"

Editorial d'Eglise d'Autun N° 14 - 07 septembre 2018
vigne secateur

Que veut dire travailler dans la vigne du Seigneur ?
Où et en vue de quoi dépensons-nous nos forces ?
Quelle est l’orientation qui mobilise notre vie sur terre ?

En ces jours de reprise du travail ordinaire, je crois nécessaire de nous mettre résolument à l’écoute du Seigneur, qui nous veut avec lui dans son travail divin. Ce travail dans la vigne du Seigneur donne de n’être plus jamais seul ; combien sont nombreux, en effet, ces « saints et saintes de la classe moyenne », juste à côté de nous, et qui nous montrent le visage de la charité joyeuse et humble ! Ce travail donne de goûter la joie de la récompense qui vient de Dieu et non des hommes.

Ce travail fait grandir l’espace libre où le Saint Esprit agit. Il ne disperse pas, il ne fait pas de bruit, il ne méprise pas les autres, il juge au contraire que le plus petit et le plus pauvre sont à la première place dans le chantier. Il ne revendique rien pour soi seul qui ne soit en même temps un bien pour les autres.

La vigne du Seigneur n’est pas cantonnée dans des frontières visibles, elle est fructueuse partout où les hommes vivent, aiment, souffrent et prient. Nous sommes sarments de cette vigne.

Tu travailles dans la vigne du Seigneur dès que tu te laisses conduire par l’Esprit-Saint et non plus par tes passions égoïstes.
Tu travailles dans la vigne du Seigneur dès que tu vois un frère et un ami en tout homme puisque le Christ a livré sa propre vie pour chacun de nous.
Tu travailles dans la vigne du Seigneur quand tu préfères le silence à la médisance, quand tu as le courage d’une parole qui fait vivre et qui relève celui qui est tombé.
Tu travailles dans la vigne du Seigneur quand tu te reçois toi-même comme n’importe quel ouvrier à qui Dieu fait grâce.


+ Benoît RIVIERE